Il semble que vous naviguez avec Internet Explorer 6. Ce navigateur est maintenant obsolète.
Pour plus de sécurité et plus de rapidité, il est recommandé de faire la mise à jour de votre navigateur :

Firefox / Safari / Opera / Chrome / Internet Explorer 8+

Nature et animaux

Pendant près de trois décennies, j'ai eu le privilège de voyager dans certains des endroits les plus reculés de notre planète, photographiant la faune et l'environnement, mais principalement des oiseaux. J'ai campé sur la banquise antarctique à côté d'une colonie de manchots empereurs, parcouru les forêts de Papouasie-Nouvelle-Guinée à la recherche d'oiseaux de paradis, frissonné dans une cabane isolée dans l'extrême-orient russe en photographiant des ours bruns et me suis perdu dans la forêt amazonienne en quête d'aras. Mais la seule constante, où que mon travail me mène, a toujours été de voyager aussi léger que possible.

Ainsi, quand l'un de mes amis photographes a opté pour Olympus l’an dernier, ma curiosité a été piquée au vif. Pourtant, j'ai fait preuve de cynisme, ne croyant pas qu'un boîtier photo aussi petit puisse produire la qualité d'image dont j'avais besoin pour mes clients. En tant que professionnel, je compte sur la rétribution de reproduction du Web, des éditeurs, des annonceurs et des sociétés d'agendas et de calendriers. Je prends des photos pour des catalogues et des emballages commerciaux. Ces mêmes photos sont ensuite souvent utilisées sur des campagnes d'affichage et des posters. Je vends également mes clichés sous forme de tirages artistiques de taille inférieure ou égale au format A2. Le système Olympus pourrait-il vraiment remplacer mes appareils reflex numériques plein format?

Au bout d'une seule journée d'utilisation de l'appareil OM-D E-M1 Mark ll et des objectifs M.Zuiko Digital ED 300mm F4.0 PRO, je savais que mes appareils reflex numériques resteraient au placard. Outre la qualité d'image impressionnante, ce sont les nombreuses technologies internes au boîtier E-M1 Mark ll qui m'ont le plus impressionné. La fréquence extrêmement rapide de 18 images par seconde revenait à troquer une berline pour une Ferrari. La stabilisation du boîtier était si performante que je pouvais prendre des photos à la main en 1/15 seconde. Plus besoin de s'encombrer d'un trépied.

En ce qui concerne la photographie animalière, une autre caractéristique m'a permis de prendre des photos que d'autres trouvaient ardues ou impossibles. Dans les Highlands écossaises, j'ai photographié des écureuils roux sautant dans un décor spécialement conçu à cet effet dans la forêt ; ces derniers s'asseyaient sur le bord d'un tronc d'arbre avant de sauter dans les airs en direction de l'appareil photo pour saisir une noisette, placée là pour les attirer. Avec mon appareil photo réglé sur Pro Capture, j’ai réussi tous les sauts d’écureuil de la matinée. Manquant beaucoup d'occasions lors des sauts de l'écureuil, mes compagnons qui utilisaient des reflex numériques étaient frustrés.

Plus près de chez moi, j'aime errer dans les marais du nord de Norfolk à la recherche d'oiseaux à photographier. Grâce à la légèreté du kit Olympus, je peux marcher toute la journée sans sentir le poids du matériel photographique. Je couvre plus de terrain et lorsque je trouve un sujet qui requiert une approche discrète et prudente, je peux prendre des photos en silence. Je n'ai plus besoin de guetter comme un chasseur tandis que les effraies s'éloignent au son bruyant de l'obturateur.

Auteur & Photographe: David Tipling

Galerie images

Toutes les photos ont été réalisées avec l’équipement suivant :