Il semble que vous naviguez avec Internet Explorer 6. Ce navigateur est maintenant obsolète.
Pour plus de sécurité et plus de rapidité, il est recommandé de faire la mise à jour de votre navigateur :

Firefox / Safari / Opera / Chrome / Internet Explorer 8+

Villes et voyages

Le système OM-D d'Olympus s'est avéré un excellent partenaire pour moi lors d'expéditions et de circuits difficiles durant ces dernières années. Le précédent modèle OM-D m'a déjà accompagné en Bolivie, au Pérou, dans le nord de la Suède et dans les Alpes. Même la pluie, la grêle, les températures glaciales de -35°C et les hauteurs allant jusqu'à 5.500 mètres n'ont jamais été un problème pour ce système. En tant que photographe, j’ai particulièrement apprécié la compacité et la légèreté de l’OM-D par rapport à un appareil DSLR. Le faible poids total du système m'a permis d'emporter plus d'objectifs qu'auparavant, comme un zoom téléobjectif, lorsque je suis parti faire une autre expédition en montagne. .






En résumé, les trois points les plus importants de ce système pour des explorations exigeantes sont : la flexibilité, la fiabilité et la performance.

Pour tester le nouvel Olympus OM-D E-M5 Mark III, j'ai décidé de me rendre dans la région de Zugspitze et de la Suisse saxonne, qui sont deux des plus beaux et des plus excitants paysages de la région allemande. J'ai commencé mon voyage à Eibsee, un lac de montagne situé juste en face de la montagne Zugspitze, la plus haute d'Allemagne.

Je n'aurais pas pu espérer de meilleures conditions de test : Il pleuvait des cordes et j'étais très curieux de savoir si le E-M5 Mark III pouvait égaler la résistance aux intempéries de l’E-M1 Mark II. Pour aller droit au but : Oui ! La pluie n'a pas causé de problème. L'appareil s'est très bien comporté, totalement insensible à l'humidité, même si je ne l'ai porté que sur mon épaule et qu'il a donc été directement exposé à de fortes pluies.



Lorsque je suis arrivé à l'endroit désiré, j'ai mis l'appareil photo sur un trépied pour tester le mode HiRes que j'avais déjà utilisé avec d'autres modèles. Quand j'ai regardé de plus près le résultat sur l'ordinateur, j'ai été vraiment impressionné par les détails des fichiers bruts. Les photos prises sans la HiRes sont vraiment livrées avec leur niveau de détail et leurs couleurs réalistes.

Au deuxième spot, la gorge de Partnach, j'ai laissé mon sac à dos et n'ai emporté que l'objectif M.Zuiko Digital ED 7-14mm F2.8 PRO. Même dans les mauvaises conditions d'éclairage de la gorge, l'appareil a très bien fonctionné et l'objectif grand angle était parfait pour capturer toute la profondeur de la gorge en une seule photo. Ce qui m'a le plus impressionné dans ce contexte, c'est l'efficacité du stabilisateur d'image, qui me permet de prendre des photos avec une vitesse d'obturation de 1/2 seconde, en main levée. De cette façon, je pouvais maintenir la sensibilité ISO à un niveau assez bas et me passer d'un trépied. Une chose de moins à porter.

Au cours de la randonnée, la légèreté s'est encore une fois distinguée. Avec le M.Zuiko Digital ED 7-14mm F2.8 PRO et le M.Zuiko Digital 12-40mm F2.8 PRO je pouvais couvrir tout ce que je voulais sans me sentir surchargé.

En fin de compte, je peux dire avec certitude que le nouvel Olympus OM-D E-M5 Mark III a plus que réussi mon test - il s'est avéré être un outil fiable pour mon style de photographie. La pluie et la poussière n'ont pas nui à ses performances et je n'avais aucune limite à ma créativité. Je peux totalement compter sur ce système.

Auteur et photographe : Daniel Ernst

Toutes les photos ont été réalisées avec l’équipement suivant :