Sciences naturelles

La science et la technologie apportent des solutions à de nombreux problèmes dans le monde. Au travers de notre division Solutions scientifiques, nous contribuons à ces progrès en développant des produits pour l'industrie et les sciences de la vie. Chez Olympus, nous croyons aussi au pouvoir de l'innovation et voulons promouvoir les idées intelligentes. Notre objectif est de favoriser la progression des jeunes talents et des chercheurs en les aidant à repousser las frontières de la connaissance. C'est pourquoi nous soutenons l'éducation en science, en technologie, en ingénierie et en mathématiques (STIM), et nous attribuons des bourses d'études aux scientifiques.

  • Partager:
Social Responsibility - Natural Sciences

Recherche : peau de grenouille observée avec le microscope Olympus FV3000.

Promotion des talents, valorisation des innovations

L'immersion dans une culture étrangère, qui permet d'interagir avec ses pairs et de former des amitiés au-delà des frontières, est une expérience unique, souvent formatrice pour les lycéens qui participent à ces échanges. L'horizon s'élargit, de nouvelles perspectives s'ouvrent, mais c'est aussi très amusant !

Afin d'établir des relations permanentes entre des lycées japonais et allemands mais aussi diffuser la position du Japon dans le domaine de l'enseignement des STIM, le Centre japonais-allemand de Berlin (JDZB, pour Japanisch-Deutches Zentrum Berlin) a mis en place le Programme scientifique JDZB à destination des lycéens participant aux échanges. Ce programme est destiné aux lycées allemands qui suivent des cours de japonais dans des établissements où les sciences naturelles tiennent une place prépondérante. Des projets scientifiques ou techniques doivent être développés avec un lycée partenaire au Japon qui partage le même intérêt pour l'enseignement scientifique. 

En soutenant financièrement ce programme, Olympus entend favoriser les échanges interculturels, mais aussi les projets technoscientifiques chez les lycéens tels que ceux rencontrés par les professionnels. Le programme comprend également une visite des sièges de l'entreprise à Hambourg et à Tokyo.

En savoir plus sur le JZDB

La fondation d'Olympus pour l'Europe (Olympus Europa Foundation), en coopération avec la société allemande pour les maladies métaboliques et digestives (DGVS, pour Deutsche Gesellschaft für Gastroenenterologie, Verdauungs- und Stoffwechselkrankheiten), attribue tous les ans le Prix de la recherche en endoscopie. Ce prix récompense des travaux exceptionnels dans les domaines de la recherche fondamentale et clinique. Outre les projets remarquables qu'il met en avant, ce prix vise à mettre en lumière l'intérêt de l'endoscopie en gastro-entérologie auprès de la nouvelle génération de professionnels médicaux.

Le gagnant pour 2017

Le docteur Peter Klare, de l'Université technique de Munich, a remporté le Prix 2017 de la recherche en endoscopie. Il a été récompensé pour ses recherches en capnographie, une technique permettant de suivre l'état anesthésique des patients pendant une endoscopie. Le prix est accompagné d'une récompense de 15 000 euros.

Contrairement à la méthode utilisée généralement en oxymétrie pulsée, qui suit la saturation en oxygène dans le sang du patient, la capnographie mesure la quantité de CO2 dans l'air expiré. Le docteur Klare a montré que la capnographie permettait de détecter les pauses ou les interruptions de la respiration pendant l'endoscopie plus facilement et plus rapidement que l'oxymétrie pulsée.

La capnographie est depuis longtemps la référence pour l'anesthésie générale, mais elle ne l'est pas dans le cas de l'endoscopie. « Nos résultats montrent qu'il vaut la peine de se pencher sérieusement sur la possibilité de faire du suivi capnographique la méthode de référence à l'avenir, même pour l'endoscopie sous sédation », a déclaré le docteur Klare sur l'intérêt de ses travaux. Il a également expliqué que le prix l'incitera à continuer ses recherches dans le domaine de l'endoscopie clinique.

Le gagnant pour 2016

… était le docteur Eugen Zizer, du Centre pour la médecine interne de la Clinique universitaire d'Ulm, en Allemagne. Composé de gastro-entérologues renommés, le jury a été convaincu par ses travaux sur le déploiement de ce qu'il appelle un « système de surtube », obtenu par un procédé d'impression 3D, pour les dissections sous-muqueuses endoscopiques (DSM). Sa conclusion : ce système de surtube semble simplifier la technique de DSM.

Nos autres domaines prioritaires